Auteur Sujet: Comment sait-on qu'on aime ?  (Lu 826 fois)

Hors ligne pcnovice80

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 808
  • Oups,... j'ai une poussière dans l'oeil droit !
    • Voir le profil
Comment sait-on qu'on aime ?
« le: mars 16, 2012, 10:41:25 am »
Comment sait-on qu'on aime ?

Les jambes qui flageolent, l’estomac noué, le cœur qui bat la chamade : dès que vous le(la) voyez, le doute n’est plus permis : vous l’aimez. Mais l’amour, n’est-ce pas aussi, des preuves d’amour ? Comment sait-on vraiment qu’on aime ?


L’autre, c’est moi

Tout d’abord, il est crucial de ne pas confondre l’amour et l’état amoureux. L’état amoureux, souvent spectaculaire, produit un véritable bouleversement de l’être amoureux. Il pâlit, il rougit, ses jambes flanchent, bref, son corps tout entier semble secoué par cet amour nouveau. Mais cet état est éphémère et ne dure jamais très longtemps. En revanche, l’amour, lui peut durer toute la vie.

Comment le reconnaître ? L’autre n’est plus simplement celui qui nous bouleverse, l’autre devient indispensable, vital. Il devient le moteur de nos vies, de nos envies, le catalyseur de nos émotions. L’amour, c’est faire passer le bien-être de l’autre avant le sien, c’est une sorte de don de soi, c’est être capable de tout pour le bonheur de l’autre, c’est accepter les concessions, les sacrifices, pour le seul bonheur de le rendre heureux.  L’amour, au fond, c’est quand le bonheur de l’autre se mêle au sien propre. Au fil du temps, l’amour peut aussi prendre des visages différents, il varie aussi au gré des individus. Pour certains, par exemple, la plus flagrante des preuves d’amour réside dans le besoin irrépressible de savoir si l’autre vous aime…

La vie en rose

Et puis quand on aime, le corps et le cœur sont comme à l’unisson. Quelque chose de particulier, de magique, quelque chose qui n’est ni scientifique ni de l’ordre de la raison, vibre en nous. Les couleurs sont plus belles, les odeurs plus vivaces, les sons plus mélodieux… Bref, la vie est belle. En résumé, le bonheur est le meilleur des baromètres de l’amour. Je suis heureux(se) donc j’aime. J’aime donc je suis heureux(se). L’être aimé nous habite en permanence, même durant son absence, et rend le quotidien plus heureux. Même après de nombreuses années de vie commune, après la fougue des débuts et la passion des premiers mois, cette sensation de complétude demeure. Parce qu’au fond, l’amour, c’est rechercher quelque chose qui nous manque, et ressentir, une fois qu’on l’a trouvée, une forme de complétude. Inexplicable. Indescriptible. Mais perceptible.

Un seul être vous manque…

Et puis, bien sûr, il y a le manque. Le manque de l’autre lorsqu’il n’est pas là. Un signe qui révèle notre amour et qui pourra un jour révéler notre désamour. Le jour où il (elle) ne vous manquera plus, alors l’amour entre vous aura probablement tiré sa révérence. Mais tant qu’il (elle) vous manque, tant son absence crée un vide douloureux, tant qu’il (elle) manque à votre vie, alors on peut penser que l’amour est là. « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé », disait Lamartine. Quelle preuve plus flagrante d’un amour ? Mais attention, à trop vouloir interroger l’amour, à trop vouloir maîtriser ce sentiment incontrôlable, on risque de le voir s’envoler. Le mieux est encore de le vivre, de le sentir et de ne pas se poser de questions. Quand il vous aura foudroyé, vous le saurez. Sans pouvoir l’expliquer, vous le saurez.
Pas de panique...le Doc est là pour nous aider !