Auteur Sujet: Optez pour les logiciels gratuits et non le piratage ? Voici pourquoi...  (Lu 1385 fois)

Hors ligne spin

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 350
    • Voir le profil
On pense trop souvent qu'un bon logiciel est payant et souvent cher. La tentation est grande de vouloir se le procurer sans forcément décharger son porte-monnaie de nombreux euros. Pourtant, il existe sur la toile des concurrents gratuits et très honnêtes de certains produits connus et reconnus.

Trop chers, n’est-ce pas, certains logiciels ? Pourtant, on aimerait tous pouvoir modifier nos photos numériques, monter nos vidéos de vacances avec un peu de style ou protéger son ordinateur sans forcément à chaque fois se ruiner dans des logiciels coûteux. Prenons Photoshop CS5, la dernière mouture du soft star de retouche photo. La licence s’élève au prix qui-pique-un-peu-quand-même de 1015,40 euros pour les nouveaux possesseurs et de 297,80 pour quelqu’un qui s’est déjà ruiné avec une version antérieure et qui souhaite se mettre à jour.

La qualité a un prix, certes, mais la conséquence n’est pas étonnante : les versions pirates de Photoshop marchent très bien sur les réseau peer-to-peer. Il en va de même pour les antivirus, les logiciels de montage vidéo ou de gravure.

La plupart des utilisateurs ont sûrement été au moins une fois tentés d’utiliser des moyens détournés pour installer un logiciel expert sur son ordinateur. Et même passée à l’acte, puisque la dernière étude de l’institut IDC montre que 40 % des logiciels installés l’année dernière en France l’ont été sans licence officielle.

C’est tout de même 2,544 milliards en valeur de licence. Nous vous rappelons que télécharger un logiciel pirate peut vous coûter jusqu’à 300 000 euros d’amende et vous faire passer par la case prison pendant un an. Alors pour les frileux ou pour les curieux de nouveaux softs parfois à la hauteur

Arrêtez de pirater Photoshop, téléchargez plutôt The Gimp !

A l’heure de la photo numérique pour tous, la retouche des clichés est une envie qui titille forcément un grand nombre d’utilisateurs, qu’ils soient amateurs avertis ou débutant. Il faut dire que la possibilité de rattraper n’importe quelle photographie numérique peut tenter tout le monde et ce même tout le monde est loin de réussir toutes ses photos. Le grand champion dans ce domaine, c’est Photoshop, qu’on ne présente plus et sa licence ultra coûteuse. Dans le versant gratuit, le seul à pouvoir rivaliser, c’est The Gimp (pour The GNU Image Manipulation Program).


Dans ses premières versions, The Gimp était surtout un tout petit utilitaire de redimensionnement d’image avec quelques filtres. Mais depuis 2 ans, le logiciel gratuit cumule les options de traficotage des fichiers image. Découper, recadrer, insérer, supprimer, saturer, monter… vos photos ne seront plus les mêmes. Gimp 2.6, la dernière version, dispose de plusieurs fichiers additionnels qui ajoute des options ou des prise en charge de fichiers, comme le RAW. Difficile de trouver des limitations par rapport à Photoshop (en prenant en compte la gratuité). Tout juste pourrait-on émettre des réserves quant à l’interface, parfois brouillonne.

Comme pour son concurrent payant, The Gimp s’apprivoise sur la durée, le travail de retouche photo demandant un minimum d’investissement. Ne vous laissez pas intimider par l’anglais affiché sur le site de Gimp, le soft est localisé pour la France.

Arrêtez de pirater Microsoft Office, adoptez plutôt Open Office !

Prenez un pack Office de Microsoft, disons version 2003 pour l’interface graphique, enlevez-lui (malheureusement) le client mail Outlook et vous obtenez Open Office. Soit un pack d’utilitaires singeant assez efficacement Word, Excel ou encore Powerpoint. Il est même possible de créer des fichiers PDF.


Régulièrement mise à jour, cette suite libre éditée par Sun Microsystems est inter-compatible la plupart des éléments basiques de l’autre Office. La navigation est simple quelle que soit la fonction choisie et l’on retrouve beaucoup de similitudes, ne serait-ce que dans l’ordonnancement de certaines options, avec la suite de Microsoft.

Arrêtez de pirater Norton et Kaspersky, prenez plutôt… l’antivirus Microsoft ou Antivir !

Le monde informatique – surtout celui des « PC », la part de marché des ordinateurs Apple dans le monde étant trop anecdotique pour que les pirates du clavier y injectent  est infesté de grands méchants virus, spywares, malwares et autres chevaux de Troie malveillants.

Pour se défendre, trois solutions : acheter un antivirus (Norton, Kaspersky, BitDeffender, MacAffee…), adopter un antivirus gratuit et libre ou tenter le surf nu et sans filet, ce qui impose une connaissance sans faille des sites potentiellement dangereux et de les esquiver.

Ne tentons pas le diable, ni la carte bleue et passons à la protection gratuite. Certains d’entre vous sont peut-être déjà familiers avec le fameux Avast, pourtant, nous ne ferons que l’évoquer pour se concentrer sur… le dernier antivirus gratuit de Microsoft ! Security Essential, c’est son petit nom, remplace ainsi l’ancien antivirus de la firme de Redmond, Live OnCare. Un outil compatible avec Vista, XP et Windows 7, en version non piratée. Le passage à la gratuité fait perdre au logiciel la partie nettoyage de disque dur mais l’outil gagne en clarté, pour les novices.

En analyse rapide, Microsoft Security Essentials en bien plus prompt qu’Avast, justement. Seul petit bémol, le processeur est alors sollicité à hauteur de 35 %. Attention aux analyses si vous avez des pages web ouvertes et des applications lourdes lancées, comme de la retouche photo. A noter que l’analyse des disques amovibles (clés USB, disque dur externe) est désactivée par défaut. Un tour dans les Paramètres pour l’activer et vous voilà tranquilles !

Arrêtez de pirater Nero, optez pour Ashampoo Burning Studio 6.77 !

Est-il possible de se lancer dans la gravure de CD, DVD ou Blu-ray vierges sans activer une usine à gaz (qui a dit, entre autres, Nero ?) et, mieux encore, sans payer ? Affirmatif ! On trouve sur la toile de nombreux outils de gravure gratuit et très léger dans l’utilisation des ressources système. Nous avons choisi de mettre en avant Ashampoo Burning Studio 6.77, en grande partie du fait de son extrême simplicité d’utilisation.


Compatible avec Windows XP, Vista et 7, Ashampoo 6.7 permet donc de réaliser des projets sur plusieurs types de galettes et même sur Blu-ray, le disque haute définition allant de 25 Go à plus de 200 Go de stockage. A noter que seule cette version est complètement gratuite, la dernière version sortie, Ashampoo Burning Studio 9, est un shareware et vous demandera de passer à la caisse au bout de 10 jours. La liste des fichiers compatibles et traités est assez exhaustive. Par exemple, pour la musique, les formats MP3, WAV, FLAC, OGG Vorbis et WMA sont pris en compte. Bien entendu, la copie directe d’un CD ou d’un DVD est disponible et Ashampoo offre aussi la sauvegarde du système dans ses options.

Outre un éventail complet de possibilités de gravure, c’est surtout la simplicité de navigation qui séduit. Si un onglet Expert, pour une utilisation poussée des options, est disponible, les fonctions de base sont assez riches pour réaliser toute sorte de projets. L’outil n’a ainsi rien à envier à des utilitaires similaires mais payant. Certes, ces derniers vont aujourd’hui bien plus loin dans la palettes d’offres (lecture multimédia, réseau domestique multimédia, etc.) mais Ashampoo 6.77 est gratuit, permet la gravure dans un large spectre et il le fait très bien.

Ne craquez pas sur le lien peer-to-peer de Final Cut, attendez plutôt la sortie de VLMC

Un film de vacances rempli de moments inintéressants ? C’est le moment de passer au montage vidéo pour arrnager toutes vos vidéos. Après nous avoir offert un lecteur multimédia gratuit de haute volée (VLC, avec son icône en forme de plot de circulation), VideoLan lance VideoLan Movie Creator. Compatible avec tous les OS Windows, Mac et Linux, VLMC se fait attendre depuis plusieurs mois, sa sortie officielle étant annoncée, à la base, pour février dernier pour finalement se retrouver décalée au 4 octobre prochain. Comme l’outil de lecture VLC, cet utilitaire de montage vidéo se veut simple, épuré dans sa présentation et relativement accessible.


Outre le support confirmé des fichiers haute définition, on trouve la gestion, parfois via des plug-in supplémentaires à télécharger, de 64 pistes audio mais aussi la prise en charge du même nombre pharaonique de fichiers multimédia que sur le lecteur VLC, de sources vidéo issues de You Tube, les effets 2D ou 3D ou encore l’incrustation de titres. VideoLan promet une installation ultra light, de l’ordre de 10 Mo d’espace disque. En revanche, l’installation préalable du lecteur VLC est requise pour avoir accès à VLMC. Une obligation pas forcément désagréable tant le lecteur VLC est une réussite.
L'avantage d'être intelligent,c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est impossible.