Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - davihoff

Pages: 123456 ... 51
31
Software / Personnaliser Windows : Les meilleurs logiciels gratuits !
« le: juillet 12, 2014, 01:46:52 pm »
Personnaliser Windows permet à la fois de dépoussiérer son espace de travail, mais aussi de mieux l'adapter à ses besoins. Dans ce domaine, face à ses prédécesseurs XP et Vista, Windows 7 dispose par défaut d'un nombre plus important de paramètres de personnalisation. Toutefois, l'ensemble s'avère bien limité si on le compare aux possibilités offertes par les nombreuses applications de personnalisation de Windows présentes sur le marché. Pour vous faciliter la tâche et vous permettre d'arriver rapidement à vos fins, la rédaction a comme à son habitude testé et analysé la plupart des solutions existantes et en a retenu pour vous les meilleurs !

 Dans ce dossier, Clubic vous propose de découvrir les meilleurs logiciels gratuits pour personnaliser Windows 7, Windows Vista et Windows XP. Avec un souci pédagogique, nous avons sélectionné uniquement des solutions efficaces, séduisantes et pratiques, accessibles au plus grand nombre, offrant une prise en main rapide, qui vous seront forcement utiles et surtout que vous pourrez utiliser sans risque. En parcourant ces trois pages, vous trouverez des thèmes complets et agréables, des fonds d'écran animés, légers et originaux, un dock surdoué et personnalisable aux multiples fonctions ainsi qu'un économiseur d'écran intelligent, ludique et instructif.

 Vous disposerez aussi des bons outils pour réorganiser votre bureau de façon efficace et originale, personnaliser l'écran d'accueil de Windows 7, configurer des fonds d'écran différents sur deux moniteurs, adapter à vos besoins les vignettes d'aperçu de Windows 7 et pour les propriétaires de Netbooks sous Windows 7 «Édition Starter» de pouvoir changer de fond d'écran librement et facilement. Prenez le temps de nous lire, car en plus des comptes rendus de tests des logiciels présentés et de nombreux conseils pratiques, vous trouverez de nombreux liens vers des solutions alternatives hébergées sur la logithèque Clubic. Testez-les, adoptez-les, vous y trouverez sûrement votre bonheur !

Des thèmes complets et séduisants pour personnaliser Windows !

CustoPack Tools pour Windows 7, XP et Vista !

Avec Windows 7, Microsoft a fait quelques efforts sur les fonctions de personnalisation. Au menu, on retrouve sa barre des tâches intelligentes, des gadgets et bien sûr la possibilité de télécharger et de créer des thèmes pouvant contenir plusieurs fonds d'écran diaporama, une couleur de bordure de fenêtre personnalisée, une trame de sons ainsi qu'un écran de veille. Toutefois, ces quelques éléments de personnalisation, somme toute sympathiques, sont bien loin des véritables thèmes complets, audacieux et ludiques qui ont fait les beaux jours de Windows XP et le bonheur de ses utilisateurs. Dans ce domaine, les fameux « BricoPacks » figuraient en tête de liste avec Crystal Clear, CrystalXP et Vista Inspirat. Si cette vague s'est rapidement arrêtée aux portes de Windows Vista, elle est désormais de retour. En effet, l'équipe de CrystalXP revient enfin sur le devant de la scène avec un nouvel utilitaire de personnalisation nommé CustoPack Tools. On vous invite donc découvrir en détail cette excellente surprise et à l'adopter sans plus attendre !

 Complet, gratuit et bien pensé, CustoPack Tools vous permettra de personnaliser Windows 7, Vista et XP en 32 et 64 bits, facilement, rapidement et surtout sans risque. Disposant d'une interface claire et d'utilisation enfantine, ce véritable tableau de bord vous offrira la possibilité de télécharger, d'installer, de désinstaller, de paramétrer et de gérer de nombreux thèmes originaux et gratuits. Actuellement au nombre de 21, ces packs de thème plus ou moins généreux vous proposeront d'installer au choix de nouvelles icônes systèmes et dossiers, éléments de styles, fonds d'écran, images d'écran d'accueil Windows, polices, curseurs, sons et notifications systèmes. De plus vous pourrez modifier à loisir les bordures de fenêtres et la barre des tâches Windows. Sans surprise, vous disposerez aussi d'une version personnalisée du fameux dock animé Rocket Dock.

 Une fois les packs téléchargés sur le site de l'éditeur, il vous suffira de les exécuter pour les retrouver au sein de « CustoPack Tools ». Bien pensé, l'utilitaire de gestion vous proposera plusieurs captures d'écran pour prévisualiser chaque thème, affichera les éléments de personnalisation inclus dans chaque pack tout en précisant les compatibilités. Pour ce qui est de l'installation, vous aurez le choix entre 4 modes. « Économique » pour un impact minimal sur les ressources. « Classique » pour une installation normale avec modification des dll et activation du dock. « Complète » avec l'installation de logiciels additionnels. Enfin, « Personnaliser » pour sélectionner manuellement les composants à installer. À noter que pour installer un pack, il faut avoir les droits d'administrateurs sans oublier que les modifications sont opérées sur l'ensemble des comptes.

 Après une installation rapide, guidée et un redémarrage système, on découvre des résultats fluides, élégants, bien gérés et n'alourdissant pas le système. Les jusqu'au-boutistes pourront aller plus loin en cliquant sur l'option paramétrer mon « Custopack ». Il vous sera possible de personnaliser l'apparence des bordures de fenêtres et de la barre des tâches, de choisir un des fonds d'écran et autres écrans d'accueil disponibles, de sélectionner vos propres images, mais aussi de modifier en détail le contenu du pack. Terminons avec un point crucial : la restauration du thème Windows d'origine est facile, rapide, ne laisse aucun résidu et ne provoque pas de bogue système. Mieux encore, CustoPack Tools vous proposera de créer de nouveaux thèmes CustoPack, mais aussi de personnaliser ceux existants. Pour ce faire, vous serez guidés pas à pas dans votre projet et trouverez de nombreuses informations pratiques  via l' « Espace Créateur » du site de l'éditeur. Une fois correctement testés, débuggés et signés numériquement, les packs de thèmes pourront être partagés avec la communauté. Une excellente solution complète, gratuite et communautaire, qu'il ne vous reste plus qu'à découvrir, que nous vous invitons à faire connaître dans votre entourage et à laquelle nous vous encourageons à participer !

Des fonds d'écran animés, légers, interactifs et originaux !

Okozo Desktop pour Windows 7 et Vista !

Le changement de fond d'écran est, tout système d'exploitation confondu, la solution la plus utilisée pour rafraichir et personnaliser rapidement un espace de travail. Ces dernières années, Microsoft a réalisé deux tentatives pour dépoussiérer le fameux arrière-plan statique du bureau Windows. Avec l'édition intégrale de Vista, le géant de Redmond a tout d'abord introduit « Windows DreamScene ». Cette solution pour le moins gourmande et répétitive consistait à utiliser des clips vidéos en boucle en tant que fond d'écran animé. Au final, l'expérience s'est révélée infructueuse. C'est donc sans surprise que Microsoft s'est tournée vers une nouvelle solution bien plus classique et a intégré au sein de Windows 7 une fonction « diaporama » de fond d'écran. DreamScene n'a finalement survécu au sein de Windows 7 que sous la forme d'une option cachée que l'on peut activer avec Windows 7 DreamScene pour des résultats toujours aussi désagréables. Toutefois, les fonds d'écran sont loin d'être dénués d'intérêt. Pour vous le prouver, Clubic vous propose de découvrir une nouvelle solution gratuite, bien plus légère et séduisante conçue par Okozo!

Okozo Desktop vous permettra de profiter de fonds d'écrans animés « Okozo » gratuits, originaux et même interactifs sous Windows 7 et Vista. Pour ce faire, l'application vous proposera de télécharger gratuitement sur son site, plus de 100 fonds d'écran animés créés par des artistes numériques de la communauté. Véritables petites œuvres d'art en Flash, ces fonds d'écrans animés de quelques Ko sont agréables, relaxants, sobres, originaux et s'adapteront automatiquement à votre résolution d'écran.

 Au menu, on trouve entre autres une galerie de photos polaroid, un ciel étoilé, des horloges classiques sur plusieurs fuseaux, des montres binaires, à cadran et en signes, ou encore des figures et particules abstraites brillant par leur fluidité, leur design, leurs couleurs ou leur simplicité. On découvre aussi plusieurs fonds d'écran interactifs avec par exemple un pendule de Newton, une voiture télécommandée, des jeux de balles, un simulateur de gravité ou encore des poissons virtuels lentement attirés par le curseur souris et que l'on peut nourrir en un simple clic sur la surface liquide du bureau. Au final, si le résultat est particulièrement saisissant, le plus intéressant est que l'application ne réclame que 18 Mo de mémoire vive. D'utilisation enfantine et particulièrement bien réalisée, l'ensemble devrait sûrement vous intéresser. En attendant la prise en charge du multi-écrans, cette solution ingénieuse est à découvrir sans hésitation !

Personnaliser l'écran d'accueil de Windows 7 facilement !

Rien de plus facile que de changer de fond d'écran sous Windows. Efficace et rapide, on change de thème sans effort avec l'aide une simple image. Dans cette optique, vous êtes nombreux à rechercher une solution tout aussi simple et efficace pour remplacer l'image de fond du menu d'ouverture de session de Windows. Parmi la myriade de petits outils existants, on a déniché pour vous la meilleure solution du domaine pour réaliser cette tâche.

 Gratuit et portable, Tweaks.com Logon Changer for Windows 7 vous permettra de personnaliser l'écran d'accueil de Windows 7 en une poignée de clics. D'utilisation enfantine et sans risque, cet utilitaire ne mettra en aucun cas en danger la stabilité de système. Au final, il vous offrira simplement de remplacer l'image de connexion par n'importe par n'importe quel fichier de votre choix au format JPG. De plus, vous n'aurez pas à vous soucier de la limite de 245 Ko imposée par Windows 7. Il adaptera instantanément votre image sans que vous n'ayez d'autre manipulation à effectuer. Enfin, il vous suffira de cliquer sur le bouton « Revert to Default Logon Screen » pour restaurer instantanément et à coup sûr l'image originale présente par défaut. Efficace, rapide et sans fioriture, cette solution qui a fait ses preuves est à adopter les yeux fermés !

Changer de fond d'écran sous Windows 7 Starter Edition

Après avoir rallongé la durée de vie de Windows XP, les netbooks sont enfin passés à une version plus moderne du système avec la sortie de Windows 7 en 2009. Aujourd'hui, la plupart des netbooks en vente tournent sous Windows 7 mais il y a un hic : l'édition Starter avec laquelle ils sont fournis comporte une limitation absurde. Il est en effet impossible de changer de fond d'écran !

 Il est heureusement inutile de passer à Windows 7 Familiale Premium puisqu'un petit logiciel gratuit vous suffira pour vous affranchir de cette aberration : StarterBackgroundChanger ! L'utilisation de cette application est enfantine : depuis son interface (s'inspirant des versions de Windows 7 supérieures), il est possible de parcourir un volume pour y rechercher une image de bureau. Rien n'a été oublié : au besoin, le programme est capable de redimensionner automatiquement le fichier image pour l'adapter au mieux au format de l'écran (on pourra aussi choisir des options telles que le centrage, l'affichage en mosaïque, etc.). Autre possibilité appréciable : une option permet de choisir plusieurs images de manière à effectuer un roulement programmable. C'est simple et ça fait ce qu'on lui demande ! En revanche attention : il semble qu'il y ait une incompatibilité avec les Eee PC d'Asus.




32
Sécurité / Conseils pour une sécurité maximum pour vos mots de passe
« le: juillet 05, 2014, 12:15:08 pm »
Mots de passe : la sécurité vous tient hacker

password, admin, 123456, abcdef, qwerty, j'en passe et des meilleures... Voilà des mots de passe encore bien utilisés si l'on en croit le palmarès 2013 des 25 mots de passe les plus fréquents (publié par la société SplashData, éditrice de logiciels). Mais de véritables passoires en termes de sécurité ! A l'heure du cloud et des services Web qui numérisent toujours un peu plus nos vies, la vigilance ne saurait souffrir de négligences. De l'importance de sécuriser ses mots de passe, nous vous expliquons le pourquoi et le comment.

Paranoïa, quand tu nous gagnes...

 On a beau être d'un naturel plutôt stoïque, la lecture du rapport P@$$1234: the end of strong password-only security publié en janvier 2013 par le cabinet d'expertise Deloitte donne tout de même quelques sueurs froides... Il s'appuie sur un travail intéressant de Mark Burnett (du site Xato.net), lequel a décortiqué une liste de 6 millions de duos login plus mot de passe uniques pour en extraire des statistiques.

98,8 % de cette base d'utilisateurs emploient les 10 000 mots de passe les plus fréquents ;
91 % se concentrent sur 1 000 mots de passe ;
40 % font avec 100 mots de passe ;
14 % (soit 840 000 personnes tout de même) piochent dans le top 10 !

 Et le problème de ces mots de passe ultra bateau, dont « password » et « 123456 », c'est qu'ils représentent le degré zéro de sécurité, puisqu'ils seront les premiers à être testés par tout hacker qui se respecte. Le souci de sécurité n'est visiblement pas encore rentré dans toutes les têtes...

 Nuage des mots de passe les plus usités, vraisemblablement sur une base d'utilisateurs américains

Pour mieux se protéger de l'ennemi, il faut tenter de le comprendre. Comment les hackeurs fonctionnent dans les grandes lignes ? Quatre scenarii sont à envisager : le piratage en direct, le vol de bases de données, le phishing (ou plus globalement le social engineering précise Paul Rascagnères, analyste malware chez l'éditeur d'antivirus G DATA) et les virus. Le premier, qui consiste à tester tous les mots de passe possibles et imaginables dans une interface de connexion sur la base d'un identifiant connu, n'est plus possible aujourd'hui ou très rarement. Cela, parce que la grande majorité des sites sérieux bloquent les comptes au bout de quelques tentatives ratées, trop peu nombreuses même pour un mot de passe évident (quoique avec password et 123456...).

 Non, le gros des dangers tient dans le vol, les virus et le social engineering. Pour ce dernier, une sorte de vol avec consentement non éclairé, la complexité d'un mot de passe n'a pas d'intérêt : le hackeur se fait passer pour quelqu'un d'autre (email, coup de fil ou faux site officiel), et s'il parvient à duper l'utilisateur, il en profite pour récupérer ses identifiants, en clair. La pratique est courante, les données sont ensuite utilisées ou revendues sur des marchés parallèles. Le seul remède dans ce cas, c'est la vigilance. Idem pour l'aspect virus, un malware avec keylogger peut intercepter vos saisies au clavier ou chiper les identifiants stockés dans le navigateur par exemple : votre ordinateur doit être protégé par un antivirus, à jour, et en programmant des analyses régulières.

“ Un hash qui part d'autant plus vite en fumée que le mot de passe est simple ”

C'est en matière de vol qu'il est intéressant de comprendre les mécanismes. Tous les couples identifiants / mots de passe des services Web sont stockés sur les serveurs des entreprises respectives, et forment ainsi autant de bases de données. Ces vols sont assez ponctuels mais malheureusement massifs (par milliers voire millions d'entrées). Très rarement (et normalement pas en France puisque c'est illégal), ces bases de données sont stockées en clair. Si dérobade il y a, la complexité du mot de passe sera vaine.

 Mais dans la majorité des cas, les identifiants et mots de passe sont hachés, c'est-à-dire brouillés par un algorithme. Quand quelqu'un veut se connecter à son service, le mot de passe qu'il entre est également haché en temps réel, puis comparé à celui stocké sur les serveurs. Les hackeurs qui se procurent pareilles bases de données vont devoir utiliser des logiciels spécifiques pour déterminer quelle fonction de hachage (hash en anglais) a été utilisée, après quoi ils peuvent automatiser les tests. Tests qui vont consister à choisir un mot, le hacher, le comparer à l'empreinte hachée de la base de données volée : s'il y a correspondance, le mot de passe est trouvé, sinon il faut tester un autre mot, etc. Un hash qui part d'autant plus vite en fumée que le mot de passe est simple.

 En hachant un mot via un algorithme, on obtient une empreinte de ce type. Il existe plusieurs algorithmes, proposant des niveaux de sécurité plus ou moins élevés : MD5, SHA-1, SHA-2, etc...

 Le hasard fait parfois bien les choses, mais les statistiques les font encore mieux. Pour éviter de tâtonner au doigt mouillé, les hackeurs recourent à des dictionnaires, ou mieux encore, à des listings de mots de passe qui ont été établis au fil des différents vols de données, comme la base du réseau communautaire RockYou.com et ses 32 millions d'entrées  évaporées dans la nature en 2009. De vrais mots de passe, couramment employés, et qui ne changent pas beaucoup, comme en témoigne la constance des palmarès des mots de passe les plus fréquents, d'une année sur l'autre. Les cas de vols de données ne manquent pas :  Ebay,  Orange,  Domino's Pizza ou encore  Adobe pour les exemples les plus récents.

 Le logiciel Hashcat
Les listings contiennent des mots simples, les logiciels pirates proposent donc des règles complexes. Mais faciles à mettre en oeuvre d'après le journaliste Nat Anderson. Son expérience est instructive. En tentant de se mettre dans la peau d'un hacker, il a potassé le fonctionnement des logiciels pirates, et notamment de Hashcat, qui sont, sans surprise, très bien conçus.

 En quelques clics, on peut étoffer la recherche, de sorte à ce que sur un mot de passe comme « clubic » (à tout hasard), le logiciel teste également des ajouts de chiffres ou de lettres (« clubic10 » ou « clubicz »), mais aussi l'ordre inversé (« cibulc »), les ajouts de préfixes et suffixes courants (man, 123, mad, me...), la version leet, c'est-à-dire avec des caractères alphanumériques ASCII (« ( |_ |_| |3 | ( ») voire des inversions de lettres. De quoi multiplier les chances du malfaiteur d'arriver à ses fins.

“ Un mot de passe à 8 caractères hacké en 5 h 30 ”

Plus efficace encore mais exigeante en ressources, la bonne vieille attaque de force brute. Sur une quantité donnée de caractères, mettons six, la technique un brin bourrine consiste à hacher et tester « aaaaaa », puis « aaaaab », etc. Sachant qu'un clavier français peut produire 142 caractères (avec tous les accents, la casse, les symboles, les chiffres, et encore 103 si on exclut les accents) et que la statistique est exponentielle, ça nous fait 8 198 418 170 944 de combinaisons possibles (8 200 milliards pour ceux qu'autant de chiffres perturberait). Dans l'exemple donné par l'étude du cabinet Deloitte, un mot de passe à 8 caractères (6,1 millions de milliards de possibilités sur un clavier américain à 94 caractères) pourrait être hacké en 5 h 30 par une configuration dédiée haut de gamme (estimée à 30 000 $ en 2012), mais en près d'un an avec un PC correct de 2011.

 Le petit point noir, c'est le nombre de combinaisons à 8 caractères, le gros point bleu c'est avec 10 caractères. Les joies de l'exponentiel !

 Voilà donc la clef : plus un mot de passe est complexe (avec des caractères spéciaux, un séquençage aléatoire, etc.) et long, plus le hacker aura du fil à retordre. Rien qu'en passant à 10 caractères, courbe exponentielle oblige, on fait grimper les combinaisons sur un clavier français à 3 333 369 396 234 118 349 824 (3 333 milliards de milliards !!!). La même machine de compétition mettrait alors 343 ans pour tester toutes les combinaisons... A cette parade, les hacker répondent par le crowd-hacking : ils confient des fragments de calculs à faire à des milliers de PC normaux infectés (les fameux PC zombies). C'est supposé aller beaucoup plus vite ainsi, mais bon, les hackers préfèrent tout de même les mots de passe courts et basiques.

“ nous peinerions à retenir plus de sept chiffres dans notre mémoire à court terme ”

Le remède est simple, sa mise en oeuvre plus délicate. D'après une étude de l'Université de Toronto que cite le rapport Deloitte, les êtres humains limités que nous sommes peinerions à retenir plus de sept chiffres dans notre mémoire à court terme, et même plus que cinq en prenant de l'âge. L'ajout de symboles, de lettres majuscules et minuscules produirait un mix encore moins aisé à retenir. Le rapport se fait plus accablant en ajoutant que la nature humaine a tendance à suivre des schémas de pensée limités par rapport aux possibilités offertes. La majuscule ? En première position dans les mots. Les chiffres ? à la fin. Des 32 symboles présents sur un clavier américain ? Une demi-douzaine seulement est utilisée. De quoi rendre l'aléa théorique plus prédictif pour les hackers. Rien de nouveau cependant. A moins que... le rapport ne pointe du doigt un nouveau frein, imputable aux usages mobiles. L'absence ou la moindre accessibilité des caractères spéciaux sur les claviers des smartphones amène le nomade à simplifier son mot de passe. Tout comme le temps de saisie supérieur qui inciterait un quart des personnes sondées à utiliser un mot de passe plus court pour gagner du temps. De 4 à 5 secondes pour taper un mot de passe de 10 caractères sur un clavier standard d'ordinateur, il faudrait entre 7 et 30 secondes pour faire la même chose depuis un smartphone tactile.

33
Discussions générales / Poèmes, proverbes et citations
« le: juillet 03, 2014, 07:33:08 am »
Charles Baudelaire - Homme libre, toujours tu chériras la mer !

34
Pour son navigateur Internet Explorer, Microsoft annonce le lancement d'un nouveau canal de distribution dédié aux développeurs et introduisant les prochaines fonctionnalités de l'application.


IE 10 internet explorer IE10 logo gb sq IE11
A l'instar de Mozilla, Google ou Opera, Microsoft entend afficher davantage de transparence sur le développement sur son navigateur Internet Explorer. A cet effet, l'éditeur introduit une nouvelle édition spécialement destinée aux développeurs afin qu'ils puissent prendre connaissance des nouveautés en cours d'élaboration et qui devraient être implémentées dans les versions ultérieures disponibles au public.

 Pour l'heure, cette nouvelle mouture est réservée aux utilisateurs de Windows 7 SP1 et Windows 8.1 et celle-ci peut être installée aux côtés de la version stable du navigateur. L'édition developer est effectivement virtualisée via App-V, ce qui peut affecter ses performances.

 Pour cette première, Microsoft introduit quatre nouveautés, lesquelles sont principalement portées sur le moteur. Les interfaces de programmation WebDriver permettent aux développeurs Web d'effectuer des tests de performances, lesquels seraient plus poussés que les traditionnels benchmarks JavaScript. Nous y retrouvons également une meilleure implémentation des interfaces de programmation WebGL introduites au sein d'IE 11 pour le rendu des éléments en 2D et 3D. Les GamePad API offrent pour leur part une prise en charge des manettes via JavaScript pour les jeux exécutés directement au travers du navigateur. Enfin les développeurs disposeront de nouveaux outils accessibles via la touche F12.

 Cette édition dédiée aux développeurs permettra-t-elle d'accélérer les mises à jour proposées sur la version stable d'Internet Explorer ? Quoi qu'il en soit, la part de marché du navigateur de Microsoft est en baisse depuis plusieurs années face à la concurrence de Google et Mozilla dont le cycle de mises à jour est désormais de 6 semaines.

35
Merci Edvy, bonne fête à tous les papas et spécialement au mien !


36
Google travaille sur une application pour renforcer la sécurité des emails contre l'espionnage. Les révélations d'Edward Snowden sur le programme de surveillance Prism de la NSA, oblige les fournisseurs d'adresses email à renforcer la sécurité des emails contre l'espionnage.
Une technologique qui a fait ses preuves

Le géant américain Google a ainsi dévoilé qu'il travaillait sur une extension à son navigateur Google Chrome pour chiffrer les mails de ses utilisateurs. Baptisée «End-to-End», cette extension va permettre à ses utilisateurs de mieux protéger les courriers électroniques de façon simple.

Chaque email envoyé sera ainsi chiffré pour le rendre illisible entre l'envoi et la réception du message par son destinataire. Cependant, pour être lu, le destinataire devra également utiliser l'extension et le navigateur Chrome.

« Même si des outils comme PGP ou GnuPG existent depuis longtemps, leur fonctionnement nécessite une grande connaissance technique », a indiqué Stephan Somogyi, en charge du produit, de la sécurité et de la vie privée chez Google. D'autre part, Google a indiqué que 69 % des mails sortants de Gmail étaient déjà chiffrés grâce au protocole TLS (Transport Layer Security).

Profiter du scandale de la NSA

En dévoilant cette nouvelle technologie, Google souhaite avant tout redorer son image et attirer de nouveaux utilisateurs en profitant du scandale du programme Prism de la NSA.

Depuis plusieurs mois, les internautes cherchent davantage à protéger leurs données personnelles. Pour preuve, le moteur de recherche Duck Duck Go, qui a pour particularité de ne pas collecter d'informations sur ses utilisateurs, a vu sa fréquentation multiplier par 3 en seulement 2 ans.


37
Il y a des internautes qu'il vaut mieux laisser en paix : c'est la morale de l'histoire vécue par un pirate informatique se faisant appeler Nitrous. Ce dernier a tenté de faire chanter un riche magnat du Bitcoin, qui a réussi à le prendre à son propre piège.

Roger Ver Bitcoin Jesus
Roger Ver est un jeune entrepreneur qui doit sa fortune à la confiance qu'il a accordé au Bitcoin lors des débuts de la monnaie virtuelle. Après avoir investi tout son argent dans la crypto-monnaie au moment où elle ne valait presque rien, il a fini par amasser une petite fortune, en grande partie investie dans des projets tournant autour du Bitcoin. Une réussite qui lui vaut désormais le surnom de Jésus du Bitcoin.

 Seulement, ce Jésus-là ne tend pas la joue gauche quand on lui frappe la joue droite : il a plutôt tendance à très vite riposter. Preuve en est de la mésaventure que Roger Ver a récemment vécu : son compte Hotmail, qu'il n'utilisait plus depuis plusieurs années, a été piraté par un hacker. Ce dernier l'a contacté pour l'informer qu'il avait mis la main sur son numéro de sécurité sociale, son numéro de passeport, mais également le numéro de sécurité sociale de sa mère et d'autres informations personnelles. Pour la restitution de toutes ces données ainsi que du compte Hotmail, le pirate, connu sous le pseudonyme de Nitrous, réclamait à Roger Ver 20 000 dollars en bitcoins.

 Roger Ver aurait facilement pu céder au chantage et payer les 37 BTC réclamés. Mais il a choisi une autre option : il a utilisé cet argent pour mettre une prime sur la tête de Nitrous. Ainsi, quiconque capable de donner à Ver la véritable identité de son maître chanteur et entraîner son arrestation lui permettra d'empocher 20 000 dollars. Largement diffusé sur les réseaux sociaux par Bitcoin Jesus, l'avis de recherche a entraîné une traque sur le Web.

 Il n'a pas fallu longtemps pour que Nitrous s'inquiète de son sort. Wired rapporte que le pirate a pris contact via Skype avec Roger Ver pour s'excuser. « Monsieur, je suis sincèrement désolé. Je suis juste un intermédiaire, on me disait quoi vous dire » s'est excusé le hacker, avant de demander à Ver s'il allait embaucher un tueur à gages pour l'assassiner.

 Finalement, Nitrous a rendu à Roger Ver l'accès à son compte Hotmail au bout de quelques heures. Plusieurs jours après l'affaire, la situation est rentrée dans l'ordre, mais Bitcoin Jesus maintient sa récompense. « Je n'ai pas vraiment la foi concernant les autorités gouvernementales, mais j'espère vraiment qu'ils vont l'arrêter » a-t-il déclaré auprès de Wired. Mieux vaut ne pas plaisanter avec Roger Ver...

38
Je souhaite aussi une belle fête des mamans à toutes nos "doc-computersiennes" et surtout à ma maman ainsi qu'à la mère des mes enfants.  :ln Un petite geste d'amour, un petit mot accompagnant un bouquet de fleurs ou un cadeau, c'est toujours plaisant à recevoir pour celles qui nous ont tant donner... :cl


39

Le groupe dit toutefois ne pas avoir de «preuve» que les pirates aient eu accès à des données bancaires…

Si vous possédez un compte sur eBay, il est conseillé de vous rendre sur le site pour changer votre mot de passe. Le géant américain de la distribution en ligne a annoncé ce mercredi avoir été victime d'une cyberattaque. Une attaque informatique qui se serait déroulée fin février début mars, selon le site spécialisé The Verge.

eBay, qui est aussi propriétaire du site de paiements PayPal, dit n'avoir «pas de preuve» que les pirates aient eu accès à des informations financières ou liées à des cartes bancaires, ni qu'ils se soient livrés à des activités illégales sur son site.

128 millions d'utilisateurs actifs

eBay explique que les pirates ont réussi à récupérer les données d'identification d'un «petit nombre» de ses salariés, ce qui leur a donné accès à son réseau d'entreprise. Ils ont ainsi pu rentrer dans une base de données comprenant des informations personnelles sur des clients comme des noms, des mots de passe sécurisés, des adresses physiques et de courriel, des numéros de téléphone et des dates de naissance. eBay affirme en revanche que la base de données compromise «ne contenait pas d'informations financières».

Une porte-parole du groupe contactée par l'AFP a précisé en particulier qu'il n'y avait «pas de preuve d'accès à des informations personnelles ou financières d'utilisateurs de PayPal». «PayPal est hébergé séparément sur un réseau sécurisé, et toutes les informations financières de PayPal sont cryptées», a-t-elle souligné. Sur son site internet, eBay revendique 128 millions d'utilisateurs actifs dans le monde.

«Enquête active» des autorités

Le groupe coopère à «une enquête active» des autorités, et n'a pas pu dire dans l'immédiat combien de clients étaient affectés. «Nous pensons toutefois qu'il pourrait y avoir un grand nombre de comptes touchés et nous demandons à tous les utilisateurs d'eBay de changer leurs mots de passe», a ajouté la porte-parole.

40
Facebook vient discrètement de déployer un nouveau bouton sur les pages de sa plateforme. Baptisé « Demander », il permet à n'importe quel utilisateur d'en interroger un autre sur des informations manquantes dans son profil.

 Un ami Facebook ne donne pas d'information sur son lieu de résidence, sa relation amoureuse ou sa situation professionnelle ? Vous pouvez désormais lui demander. Depuis peu, le réseau social a déployé un bouton « Demander » présent dans la colonne d'information proposée à gauche d'une timeline Facebook. Dans la page d'information de profil, le bouton n'est pas présent mais des liens proposant de « demander » des informations supplémentaires à un contact se sont multipliés.

 Ce n'est cependant pas une nouveauté totale, puisque la fonction apparaissait déjà selon les profils. Elle vient cependant de connaitre une généralisation importante avec l'implémentation de ce bouton bien visible, qui permet d'être curieux en un clic.

 Lorsqu'il interroge un contact, l'utilisateur peut donner la raison de sa curiosité, en ajoutant un message explicatif. La personne ciblée par la demande reçoit alors une notification : elle peut choisir de répondre ou de garder le mystère entier. Si elle décide de répondre, elle peut également en profiter pour rendre l'information visible par tous ses contacts, et ainsi compléter son profil.

 Pour Facebook, l'intérêt est de pousser les utilisateurs à compléter leur profil, plus d'informations étant synonyme de meilleur ciblage publicitaire. Au lieu de rappeler elle-même à ses membres de fournir leurs informations, la plateforme compte sur la curiosité des utilisateurs pour pousser à contribution. Les profils les plus mystérieux pourraient donc se retrouver sollicités par leurs contacts…

La solution pour se protéger

 On peut partir du principe que si on ne donne pas une information sur Facebook, ce n'est pas parce qu'on oublie de le faire : c'est parce qu'on ne le désire pas. Par conséquent, pour éviter les questions indiscrètes, il suffit de faire en sorte que les éléments non renseignés n'apparaissent pas sur son profil. Il suffit pour cela de se rendre sur sa page A Propos, et de régler les éléments qu'on désire cacher en « Moi uniquement ». Ils n'apparaîtront ainsi plus aux yeux des contacts, qui ne pourront pas poser de questions à leur sujet.

41
L'intégration des services se poursuit avec Bing, que Microsoft propulse jusqu'à l'inclure par défaut dans la recherche de Windows 8.1, ce qui prête à débat. Le système joue également la carte du sans-fil avec le support de la technologie Miracast pour la diffusion vers les écrans compatibles et qui fonctionne plutôt bien.

La recherche fait la part belle à Bing

La recherche de Windows 8.1 est assez différente sur plusieurs points importants. Premier changement, et de taille : la recherche ne prend plus l’ensemble de l’écran mais apparaît seulement dans une barre latérale. On l’appelle toujours de la même manière mais son fonctionnement est cependant différent.

C’est l’autre grand changement : lancer une recherche ne se limite plus au seul contenu du PC car elle appelle les résultats Bing. Le moteur de recherche est totalement intégré à la fonction de Windows 8.1, même si elle peut être désactivée. Dans l’idée de Microsoft, le concept est simple : l’utilisateur n’a plus à ouvrir son navigateur, ni à utiliser un autre moteur de recherche. La part de marché de Bing pourrait du coup augmenter, d’autant qu’il n’est pas possible actuellement de sélectionner un moteur tiers dans la barre de recherche. Il faudra d'ailleurs voir la réaction de Google ou de Yahoo! pour ne citer que ces deux-là.

Quoi qu'il en soit, cette barre peut chercher à peu près tout, mais c’est la pertinence qui déterminera son succès. Fichiers locaux, applications, images ou encore paramètres sont ainsi de la partie et les résultats sont probants. La partie Bing, et donc Internet, donne pour sa part des résultats intéressants mais dont la richesse varie. Pour une célébrité par exemple, les fiches synthétiques et les accès aux photos, vidéos, titres musicaux et ainsi de suite peuvent se montrer particulièrement efficaces :

Avec des artistes, l’intégration de l’application Xbox Music peut même devenir redoutable, dans le sens où la recherche d’un groupe par exemple donnera automatiquement accès au dernier album où aux titres les plus populaires. Il sera alors possible d’ouvrir directement Xbox Music pour aller y écouter les titres en question. Notez qu’avec un compte gratuit, l’utilisateur aura dix heures d’écoute gratuite par mois, tandis qu’un abonnement Pass (9,99 euros par mois) permettra l’écoute sans limite, à la manière d’un compte Spotify, Deezer ou encore Rdio.

Un multitâche nettement amélioré... si votre écran le permet

Windows 8 a concentré un certain nombre de reproches au sujet de son multitâche dans la partie Modern UI. Les utilisateurs de Windows sont en effet habitués à se servir du bureau, qui suit une règle simple : plus la taille de l’écran augmente, plus on peut disposer de fenêtres et ainsi avoir l’œil sur de nombreuses applications. Mais dans Windows 8, les nouvelles applications ne pouvaient au maximum s’afficher que deux par deux, dont une réduite à une simple colonne sur la gauche ou la droite, en vue réduite.

Windows 8.1 change la donne à ce sujet de plusieurs manières. Premièrement, quand deux applications sont ouvertes côte à côte, la barre de séparation peut être changée de place. Elle apparaît désormais au centre, coupant l’écran en deux moitiés égales. L’utilisateur peut la régler comme il le souhaite, pour donner la priorité à une application, mais l’emplacement de la barre est maintenant libre.

L’autre grande nouveauté tient dans le nombre d’applications ouvertes simultanément. Le maximum passe ainsi de deux à quatre, et seule la définition de l’écran limitera le confort d’utilisation. Lorsque que quatre applications sont ouvertes simultanément, elles se retrouvent essentiellement sous la forme de colonnes. La solution peut être pratique pour suivre par exemple l’arrivée d’un email, une liste de tweets, laisser ouverte la météo et ainsi de suite. Notez que le nombre de colonnes que l'on peut afficher dépend expressément de la taille de votre écran et donc de sa définition.

En outre, le multitâche lui-même est beaucoup plus utilisé par les applications fournies avec Windows. Par exemple, si Courrier est ouvert et qu’un email contient des photos, cliquer sur l’une d’entre elles ouvrira l’application Photos dans la zone droite de l’écran. L’utilisateur pourra alors passer de l’une à l’autre avec les flèches ou par simple geste tactile sur l’écran.

La gestion du multitâche trouve également une amélioration de taille avec le nouveau support des écrans multiples. Ainsi, si deux ou trois écrans sont disponibles, chacun pourra avoir sa propre application Modern UI ouverte en plein écran.

Miracast : l'affichage sans fil est supporté

Windows 8.1 supporte l'affichage sans fil nativement via Miracast, pour peu que vous ayez du matériel compatible. En effet, cette solution nécessite que les composants soient certifiés pour que cela fonctionne, que ce soit du côté de la carte Wi-Fi ou encore du pilote graphique pour ne citer que ces deux exemples-là, mais aussi d'un téléviseur ou récepteur compatible comme le Push2TV PTV3000 de Netgear. Notez au passage que c'est le cas des PC certifiés WiDi d'Intel depuis l'année dernière, mais aussi tous les Ultrabook embarquant un CPU Haswell, puisque cela fait parti du cahier des charges.

Nous préparons un dossier très complet sur le sujet sur lequel nous nous étendrons pleinement, mais sachez que nous avons pu essayer différents matériels exploitant cette norme et que cela fonctionne aussi simplement ou presque que de brancher un moniteur.

 
Si vous disposez du matériel compatible, vous verrez alors apparaître une nouvelle option d'affichage au sein de la barre de charmes dans la rubrique Périphériques / Projeter : Ajouter un écran sans fil. Dès lors, il suffit d'ajouter une première fois ce téléviseur en entrant un code PIN, pour qu'il apparaisse ensuite. Il suffira de faire appel à lui en appuyant simultanément sur les touches Windows et P. Il vous sera alors possible de dupliquer votre écran principal ou un Bureau étendu.

Notre écran de portable et Big Buck Bunny en Full HD en diffusion sans fil. Afficher l'image originale

Si cela est très simple à l'usage, il existe tout de même certaines limitations. Il ne sera pas possible de jouer par exemple, car une latence élevée existe entre le moment où vous effectuez une tâche sur votre couple clavier / souris et celui où il se réalise à l'écran. Par contre, il est tout à fait possible de lire du contenu protégé comme des Blu-ray ou DVD. Vous pouvez aussi afficher vos photos, présentations, sans rencontrer le moindre problème.

Comme nous l'évoquions, nous reviendrons sous peu avec un dossier spécifique sur l'affichage sans fil et les différentes technologies qui sont liées.

Le NFC officiellement supporté, le partage de connexion enfin de la partie

Si Miracast est un protocole de transmission sans-fil, ce n’est pas la seule amélioration dans ce domaine dans Windows 8.1. à commencer pas le support officiel et standardisé des puces NFC. Dans la pratique, cela ne concernera les tablettes, mais les ordinateurs portables équipés commencent à arriver. C'est par exemple le cas chez Dell, Lenovo ou encore Sony  pour ne citer que ces exemples-là.

Le partage de connexion fait aussi son apparition. Il peut être donc utilisé depuis une tablette équipée d’une puce 3G/4G et utilise les connexions Wi-Fi et Bluetooth. Il faut signaler également un apport lié : dans le cas d’un PC sous Windows 8.1 et d’un smartphone équipé de Windows Phone 8 GDR3, l’appairage entre les deux appareils ne réclamera plus de code PIN. Enfin, Windows 8.1 gère le Wi-Fi Direct, c’est-à-dire la capacité qu’ont deux appareils à communiquer sans passer par une borne relai.

Windows 8.1 : des efforts à poursuivre

Que penser de Windows 8.1 au final ? Globalement, cette mise à jour est plus importante qu’on ne le croit, et elle est bienvenue. Elle corrige bon nombre de reproches que l’on pouvait faire à Windows 8, sans pour autant changer les fondations mêmes du système.

La personnalisation beaucoup plus poussée est clairement un apport majeur car l’écran d’accueil pourra davantage se plier aux volontés de l’utilisateur. Cet aspect est d’autant plus important que cet écran est quasiment obligatoire pour réaliser de nombreuses opérations. Le rendre agréable est donc une priorité et les réglages des vignettes, l’utilisation du même fond d’écran que celui du bureau et le retour du bouton Démarrer font progresser nettement la cohérence de l’ensemble.
 
Les apports sur le multitâche et la gestion des écrans multiples sont clairement de bons points eux aussi. Là encore, tout concerne le confort d’utilisation et on sent que Microsoft a eu à cœur de répondre à un maximum de critiques. Pour autant, tout n’est pas nécessairement corrigé, et une partie des critiques que l’on pouvait adresser à Windows 8 est en fait toujours valable.

 

Certes, l’utilisateur intéressé par le Bureau et les applications classiques pourront profiter d'un bouton Démarrer plus clair et de la possibilité de démarrer sur son espace favori. Cependant, il ne gagne rien de significatif dans son quotidien. L’intégration du client SkyDrive dans l’Explorateur est une bonne idée par exemple, mais son maniement se révèle parfois pénible car le système ne synchronise qu’en partie les données, provoquant des latences lors de l’ouverture des documents.

 

En outre, et ce sera sans doute le plus important pour ceux qui regrettent Windows 7 et ses prédécesseurs, Windows 8.1 ne permet pas le mélange des genres. Beaucoup espèrent qu’il sera possible un jour d’utiliser les applications Modern UI directement sur le Bureau, en mode fenêtré, mais cette fonctionnalité n’est pas encore de la partie. Et pourtant, cela permettrait à ses habitués d’utiliser les nouvelles applications tout en continuant à manipuler des fenêtres, comme ils le font depuis des années.

Globalement, Windows 8.1 est une bonne mise à jour. Elle améliore de nombreux aspects et Microsoft a clairement bien joué en la proposant gratuitement à tous les utilisateurs de Windows 8. Malgré le raté du lancement sur Windows RT, les migrations se passent dans l’ensemble bien. Mais on ne peut s’empêcher de penser que Windows 8.1 aurait finalement dû être ce qu’était Windows 8, d’autant que de nombreuses critiques étaient déjà entendues durant la phase bêta du système. En outre, la très forte intégration des services maison, tels que SkyDrive, Bing ou encore Skype, devrait faire grincer les dents des concurrents, mais aussi de certains utilisateurs.

Un dernier mot enfin sur ce qui pourrait attendre Windows dans les prochaines années. Le fait que cette nouvelle mouture soit estampillée « 8.1 » laisse penser que d’autres pourraient suivre. En outre, les rumeurs actuelles vont dans le sens d’un rapprochement des plateformes Windows RT et Windows Phone, et on pense notamment à une série de mises à jour plus ou moins rapprochées, à la manière des GDR de Windows Phone justement. Dans tous les cas, l’année 2014 devrait être riche en enseignements sur l’avenir d’une plateforme qui va clairement muter profondément

42
Software / Tout savoir sur les nouveautés Windows 8.1 (suite 2)
« le: mai 18, 2014, 12:42:18 pm »
Windows 8.1 est, comme on l'a vu, l'occasion pour Microsoft de corriger le tir sur bon nombre de points. Dans cette deuxième partie, nous verrons que les efforts sont particulièrement sérieux dans certains cas, comme pour Internet Explorer 11, mais que la firme en profite pour glisser vers une intégration forte de ses services comme on ne l'avait pas vu depuis longtemps.

SkyDrive à tous les étages : la synchronisation envahit Windows

Si le service de stockage distant est mis en avant par Microsoft depuis plusieurs années, il passe un nouveau cap avec Windows 8.1. Trois éléments sont surtout à noter : l’application Modern UI, le client intégré dans l’Explorateur et la synchronisation des paramètres.

Commençons par l’application SkyDrive qui gagne principalement une fonctionnalité très attendue : la manipulation des fichiers locaux. Dans le menu situé en haut à gauche de l’écran, l’utilisateur peut en effet aller fouiller dans le contenu de son disque dur. En clair, cela revient à placer un explorateur de fichier dans la zone Modern UI, qui n’existait pas auparavant. D’autant que les principales opérations comme la création de dossier, les opérations de copier/coller et les déplacements sont de la partie. Évidemment, tout l’intérêt réside dans le fait d’aller chercher directement un fichier ou un dossier et de l’envoyer dans la zone synchronisée sans avoir besoin d’aller sur le Bureau.


Le Bureau justement contient lui aussi une amélioration liée à SkyDrive. L’Explorateur intègre en effet directement le client de synchronisation, qu’il n’est donc plus nécessaire d’installer. Un ajout dont Dropbox, Google ou encore Amazon se seraient bien passés. Dès que le compte Microsoft a été renseigné dans le paramétrage du système, l’utilisateur dispose ainsi de ses fichiers, prêts à l’emploi. Ou presque : les fichiers apparaissent bien, mais ils ne sont pas totalement synchronisés. Lorsque l’on cherche à en ouvrir un, il y a donc un petit temps de latence. C’est d’autant plus regrettable que lors d’opérations comme l’enregistrement de documents depuis Office 2013 (ce qui se fait par défaut dans SkyDrive), ce temps de latence bloque l’application quelques secondes.

Enfin, le plus gros apport concernant SkyDrive est clairement sa prise en charge beaucoup plus large des paramètres provenant de Windows. Il est maintenant capable de retenir de très nombreux points, tels que la disposition de l’écran d’accueil, les applications déjà installées, les clés Wi-Fi utilisées et ainsi de suite. Pour l’utilisateur qui change de machine, cela signifie un rappel d’un espace de travail cohérent et synchronisé, lui évitant de fait de refaire toute sa configuration.

Skype et l’écran verrouillé : la communication permanente

On ne peut pas aborder les nouvelles applications incluses dans Windows 8.1 sans parler de Skype. La version fournie est légèrement améliorée par rapport à celle que l’on connaissait, mais ce n’est pas là son principal attrait. Car la vraie nouveauté, c’est qu’elle est véritablement fournie avec le système.

Il s’agit de la toute première fois que Microsoft intègre le client de communication de cette manière dans l’un de ses systèmes. Une fois le compte configuré, Skype reste disponible et ouvert en permanence, même si le statut peut être changé pour apparaître invisible. Le service devient dès lors officiellement le moyen de communication « star » de Windows, d’autant que l’application Messages, présente dans Windows 8, n’existe plus. Un aspect renforcé par les nouvelles capacités de l’écran verrouillé.

Ce dernier améliore en effet ses capacités en pouvant refléter de nombreux évènements. L’utilisateur peut ainsi savoir combien de messages sont en attente, les appels ratés et ainsi de suite. En fait, s’il passe devant l’écran pendant qu’un appel retentit, il peut ouvrir la communication sans même déverrouiller l’écran.

Notez enfin que l’écran verrouillé permet enfin de lancer ses propres diaporamas. Dans les paramètres, l’utilisateur peut ainsi sélectionner un dossier ou des photos depuis le contenu local ou dans SkyDrive. Ces images seront alors affichées avec des transitions, plutôt qu’une simple photo fixe.

Internet Explorer 11 : des critiques entendues et un mode Lecture

À peine un an après la sortie d’Internet Explorer 10 qui accompagnait Windows 8, Microsoft inaugure la version 11 de son navigateur. Un rythme plus rapide qu’habituellement, surtout que cela ne nuit visiblement pas à la liste de nouveautés que la firme a été capable d’ajouter.

La nouvelle version du navigateur se distingue de son prédécesseur par une bonne dose de nouveautés. Depuis le bureau, les utilisateurs ne verront pas nécessairement la différence dans l’interface, mais de multiples améliorations ont eu lieu sous le capot. C’est notamment le cas pour le HTML5, mieux pris en charge, ainsi que pour WebGL et même le protocole SPDY de Google pour accélérer le chargement des pages web. Cependant, d’autres éléments tels que les microdonnées ainsi que les notifications web ne seront toujours pas de la partie, dommage.


En fait, côté utilisateurs, les vraies nouveautés sont à chercher dans l’autre versant du navigateur : la partie Modern UI, celle à laquelle on accède depuis l’écran d’accueil (si Internet Explorer est déclaré comme navigateur par défaut). Cette fois, non seulement les apports sont nombreux, mais ils sont pour la plupart particulièrement bienvenues. À commencer par une option permettant d’afficher de manière permanente les onglets et la barre d’adresses. Dans ce cas, l’ensemble apparaît en bas et les onglets adoptent une forme beaucoup plus réduire, sans vignette de prévisualisation.

Microsoft promet que le chargement des onglets sera plus rapide et que le navigateur sera plus réactif lorsque l’on passera d’un onglet à un autre. Dans la pratique, nous n’avons pas vu de différence, notre machine basée sur un Core i5 3470 (3,2 GHz) n’ayant pas vraiment de problèmes avec des opérations aussi « triviales ». La firme note quand même que chaque fenêtre pourra contenir un maximum de 100 onglets.

Notez que si l’on parle de « chaque » fenêtre, c’est bien que Windows 8.1 peut lancer deux fenêtres concurrentielles d’une même application. Depuis n’importe quel lien ou onglet déjà ouvert, on peut effectuer un clic droit et choisir « Ouvrir dans une nouvelle fenêtre ». L’écran est alors séparé en deux, mais l’utilisateur peut déplacer la barre centrale. La fonctionnalité sera très pratique pour ceux qui veulent vérifier le contenu d’une page tout en naviguant sur une autre. Elle permet également de faire face à une partie des critiques sur l’aspect multitâche du système, jugé comme trop pauvre pour un Windows.

D’autres fonctionnalités assez pratiques ont été ajoutées. Par exemple, on peut depuis n’importe quel page déposer une vignette active sur l’écran d’accueil. Par active, nous voulons dire aussi que si le site a des informations à transmettre, la vignette va les refléter. C’est le cas notamment avec les flux RSS, du moins en théorie car tous ne fonctionnent pas ainsi pour l’instant.

Sans doute plus important pour ceux qui lisent beaucoup sur le web, Microsoft a ajouté un mode Lecture qui ressemble pour beaucoup à celui intégré dans Safari sur iOS et OS X. Le bouton d’activation se trouve à droite de la barre d’adresse et permet d’afficher une vue dans laquelle seuls le texte et les images d’un contenu sont affichés. La structure du site et tous les autres éléments disparaissent donc, une fonctionnalité agréable quand il s’agit de lire un texte assez long. Notez que certains ne seront par contre par forcément friands de la présentation en colonnes multiples, à la manière d’un journal.

Comme on peut le voir, ces améliorations sont pour la plupart destinées à la partie Modern UI du navigateur. De fait, Internet Explorer 11 sera proposé prochainement aux utilisateurs de Windows 7, mais ces derniers ne verront que peu de nouveautés fonctionnelles : tout sera situé sous le capot.

Le centre de paramétrage : enfin un rassemblement des réglages

L’un des aspects de Windows 8 particulièrement améliorés avec Windows 8.1 est le centre de paramétrage. Il s’agit ni plus ni moins du panneau de configuration nouvelle formule. Le problème avec la version initiale du système sorti il y a un an est que l’utilisateur n’avait aucun moyen de savoir comment était fait le découpage : en cas de changement, devait-on se rendre dans l’ancien panneau ou le nouveau centre ?

La question se pose beaucoup moins avec Windows 8.1. Et pour cause : une grande majorité des réglages peuvent y être changés, une amélioration significative puisqu’elle va dans le sens de l’unification et de l’homogénéité de l’interface. Dans l’ensemble, cette modification est réussie car tous les principaux paramètres sont présents, et l’utilisateur n’aura pas à se demander s’il doit se rendre sur l’écran d’accueil ou sur l’ancien Bureau.

Le changement se voit particulièrement dans la nouvelle section « PC et appareils », où l’on retrouve justement tout ce qui touche au matériel. Périphériques, choix de la définition de l’écran, paramétrage des coins actifs de l’écran, gestion de l’énergie, orientation de l’image ou encore correction automatique (relative au clavier bien sûr), de nombreuses possibilités sont offertes.

Comme on l'a vu dans la partie dédiée, les réglages consacrés à SkyDrive sont un autre point crucial. Le panneau permet ainsi de contrôler d’un coup d’œil le degré de remplissage de l’espace fourni (7 Go pour un compte Microsoft standard) et contient plusieurs réglages importants : stockage par défaut des documents, sauvegarde automatique des photos prises avec la webcam, qualité des clichés ainsi que des options pour contrôler les échanges lorsque l’on utilise un forfait data ou que l’on est en roaming. Enfin, une section contient les options relatives à la synchronisation, cette dernière prenant en charge désormais l’écran d’accueil. Ce qui signifie qu’une machine à l’autre, le compte de l’utilisateur sera capable de retenir la position des tuiles, le thème ou encore le fond d’écran.

Parmi les autres nouveautés importantes, on trouve une zone consacrée à la recherche et aux notifications. Pour la première, il faut noter surtout l’intégration de Bing et donc l’apparition de résultats provenant du service au fur et à mesure que l’on tape des lettres. Ces suggestions peuvent évidemment être désactivées, il est possible de tenir compte ou pas de la position géographique et un filtre de protection pour les contenus offensants (pour adultes) est de la partie. Coté notifications, soulignons surtout la possibilité d’établir une plage horaire durant laquelle elles seront désactivées.

La partie réseau contient elle aussi des apport significatifs. À commencer par le support des VPN, qui ne nécessitent plus de se rendre dans l’ancien panneau de configuration. Toutes les connexions réseau actives peuvent en outre être gérées depuis cette section, notamment le Wi-Fi, le Bluetooth ou encore celle de la puce 3G/4G, et les proxys seront également de la partie. Par ailleurs, les utilisateurs qui en disposent pourront renseigner un compte professionnel, les applications le nécessitant étant alors automatiquement capables de le réclamer. La connexion professionnelle pourra aussi rapatrier les réglages propres à l’entreprise. Enfin, la gestion du groupe résidentiel, fonction présente depuis Windows 7, pourra également se faire depuis cette zone.

Enfin, on retrouve une série de réglages que l’on avait déjà sous Windows 8, notamment l’heure, la langue ou encore l’ergonomie et l’accessibilité.

Le Bureau : des nouveautés peu nombreuses, mais significatives

Avant que Windows 8.1 ne sorte, de nombreux commentaires ont mis en avant le retour tant attendu menu Démarrer. Remettons donc les pendules à l’heure : aucun menu Démarrer n’est de retour, et Microsoft ne le remettra certainement jamais en place. Par contre, le bouton Démarrer, lui, est bel et bien là.

 
La plupart des utilisateurs estimeront sans doute qu’il ne s’agit que d’un apport cosmétique. C’est à la fois vrai et faux. Un bouton ne change pas le fait qu’il faut envoyer le curseur de la souris en bas à droite pour appeler l’écran d’accueil. Cependant, les nouveaux utilisateurs comprendront mieux que ledit écran est bien le remplaçant de l’ancien menu Démarrer. Un effet accentué par la possibilité de synchroniser les fonds d’écran entre les deux zones. Notez qu'il est également possible de faire un clic droit sur ce même bouton pour accéder à un menu spécifique, donnant notamment accès aux fonctions d'arrêt et de redémarrage de la machine.

Puisque nous sommes dans la barre des tâches, signalons qu’un clic droit et l’accès aux propriétés donnera droit à de nouvelles options, dont justement le fond d’écran commun au bureau et à l’écran d’accueil. Deux nouveautés importantes font également leur apparition. D’une part, il sera enfin possible aux intéressés de démarrer directement sur le bureau après le démarrage du PC (après validation du compte utilisateur). D’autre part, ceux qui le souhaitaient pourront démarrer sur la liste complète des applications (accessible normalement en bas de l’écran d’accueil). Bien qu’il s’agisse de deux ajouts importants, nous aurions souhaité qu’ils soient plus aisés à découvrir, en étant présents notamment dans les paramètres de l’écran d’accueil.

Notons que d’autres options ont été ajoutées :
•Toujours afficher le Start Screen sur l’écran principal en cas de configuration à écrans multiples
•Afficher en premier les applications de bureau (Win32) dans la vue « Tous les programmes »
•Ne chercher que dans les applications et non « partout » si l’option précédente est activée

43
Software / Tout savoir sur les nouveautés Windows 8.1 ( suite 1)
« le: mai 18, 2014, 12:34:43 pm »

Tout savoir des nouveautés de Windows 8.1  (suite 1)

Les nouvelles applications
La mise à jour et la personnalisationLes nouvelles applicationsDes nouveautés bien réellesUne intégration forte des services maison 
 
Windows 8.1 donne l’occasion à Microsoft de corriger le tir pour ce qui est des applications fournies avec le système. C’est particulièrement le cas de Courrier, le client email qui remplace Windows Live Mail qui est bien plus complet qu'auparavant :

Courrier a été entièrement retravaillé...

Comme on peut le voir, l’interface évolue nettement avec une barre latérale largement revue. Les dossiers sont maintenant représentés par des icônes. Dans l’ordre, on trouve la boite de réception, les courriers marqués comme favoris, les courriers marqués ainsi que trois nouvelles icônes : un filtre pour les newsletters, l’autre pour les notifications de réseaux sociaux et l’accès complet à tous les dossiers des comptes synchronisés.

Depuis cette zone, on pourra ainsi épingler d’autres dossiers à la barre, comme les éléments envoyés. Notez que le glisser/déposer des éléments est d’ailleurs enfin supporté.

Courrier dispose également d’une fine barre en bas de l’écran. Il s’agit en fait d’un affichage qui vient corriger un problème inhérent à Windows 8 : il est impossible de savoir qu’une telle barre existe sans faire un clic droit. Cet affichage indique donc à l’utilisateur qu’il peut venir chercher des fonctions supplémentaires, à savoir : la gestion des dossiers, les opérations de déplacement, le marquage des emails ou encore la suppression.

Plus à droite, on trouve une autre nouveauté de Windows 8.1 : le lancement d’une deuxième fenêtre pour l’application permettant de les placer côte à côté. Une fonctionnalité que l’on rencontrera dans d’autres applications.

... mais c'est aussi le cas de Calendrier et du gestionnaire de contacts

Calendrier réservera quant à lui une surprise à ceux qui l’utilisaient déjà dans Windows 8. L’écran d’accueil a en effet complètement changé, et tous les utilisateurs n’apprécieront pas cette modification : un écran essentiellement vide dans lequel apparaissent les prochains rendez-vous, en bas. Le fond d’écran peut être changé, mais le vide ambiant et le classement horizontal seront déstabilisants pour certains.

Le point ennuyeux dans cette nouvelle mouture est qu’il est impossible de changer pour l’instant cette vue par défaut. On retrouve en haut de l’écran une barre comprenant les autres vues (jour, semaine, semaine de travail et mois) mais on ne peut pas déclarer l’une d’entre elles comme principale. Il aurait par exemple été pratique que Calendrier s’ouvre toujours sur la vue mensuelle pour obtenir immédiatement une vue d’ensemble. Au lieu de ça, plusieurs clics sont nécessaires pour parvenir à ce résultat. Pour le reste, le maniement de l’interface est essentiellement le même que sous Windows 8.

L’application Contacts évolue elle aussi, avec notamment un écran d’accueil revu. La partie sombre représente désormais une zone dans laquelle l’utilisateur peut placer des contacts favoris. Ils peuvent provenir de tous les comptes associés à Windows 8, y compris ceux de Skype. La zone orange contiendra du coup les notifications relatives à ces contacts.

Si l’utilisateur clique sur « Quoi de neuf ? » en bas de l’écran, il accèdera cette fois à la totalité des mises à jour de statuts et des évènements de tous les contacts. L’interface est globalement plus logique dans son utilisation, et Microsoft en profite pour corriger une absence majeure : en cliquant sur sa propre photo, l’utilisateur pourra la modifier directement.

Pour autant, elle ne sera pas dépourvue de défauts. Toujours impossible par exemple, de supprimer plusieurs contacts en une seule fois. Dommage.

Microsoft ajoute enfin un centre dédié à l'aide et à la manipulation du système

D'autres applications plus secondaires mais bienvenues ont aussi été ajoutées. C’est le cas par exemple d’Alarmes, qui permet de configurer une série d’alarmes avec une heure et une fréquence. Par exemple, 7h15 tous les matins des jours ouvrés. Cette même application permettra également de lancer un minuteur (compte à rebours) ou au contraire un chronomètre.

Toute aussi pratique, l’application Enregistreur répare un manque important de Windows 8, car le magnétophone classique ne fait partie que de la zone Bureau. Cette fois, l’utilisateur peut enregistrer autant de séquences qu’il le souhaite, les renommer, les consulter à loisir et les partager avec d’autres applications, tels que Courrier. Santé & Forme est pour sa part une application orientée vers le bien-être et comportant de très nombreux conseils sur la manière de se nourrir, l’activité sportive et ainsi de suite. De très nombreux tutoriels vidéo sont présents, ainsi que des grilles à remplir pour suivre par exemple sa consommation quotidienne de calories.

Mais nous noterons surtout pour notre part l’ajout d’une application entièrement dédiée à l’aide. Elle regroupe ainsi de nombreux conseils ainsi que des astuces pour aider l’utilisateur à mieux se servir du système. Cette application, dont nous estimons qu’elle aurait clairement dû être intégrée dans Windows 8, est un véritable apport, d’autant que son utilisation est simple et qu’elle présente notamment des tutoriels vidéo.

Elle vient ainsi combler un manque assez cruel, ressenti surtout par les nouveaux utilisateurs qui arrivaient sous Windows 8 et ne comprenaient pas son fonctionnement. Microsoft dispose ainsi, en outre, d’un moyen efficace de faire comprendre comment l’ergonomie de son produit a été pensée.

Comme on peut le voir sur les captures ci-dessus, de très nombreux thèmes sont abordés. Beaucoup concernent l’utilisation de base du système, avec l’emploi de l’écran d’accueil, l’ouverture de la barre des applications actives à gauche, celles de la barre des charmes à droite et ainsi de suite. Configuration de la machine, utilisation de SkyDrive, compréhension de la synchronisation des données et des paramètres : la plupart des thématiques sont présentes. La seule question qui reste en suspens est de savoir si l’utilisateur aura l’envie de s’y rendre.

44
Software / Tout savoir sur les nouveautés Windows 8.1
« le: mai 18, 2014, 12:29:13 pm »
L’arrivée de Windows 8 n’est pas passée inaperçue. À chaque nouveau Windows, les critiques se concentrent le plus souvent sur ses performances et sa fiabilité. Windows 7 avait d’ailleurs joué favorablement dans l’image du produit auprès des clients. Windows 8, de son côté, a joué dans une toute autre cour.

En effet, il n’était soudain plus question de performances ou de fiabilité, mais bel et bien d’expérience utilisateur (voir notre analyse). Microsoft a fait le choix risqué et osé de proposer une interface commune qui puisse être utilisée aussi bien sur des ordinateurs fixes, portables et des tablettes. Une interface capable de rendre hommage aussi bien au couple clavier/souris qu’au tactile. Un pari réussi ? Les résultats ont été finalement en demi-teinte.

De la critique de Windows 8 à l'attente du sauveur : Windows 8.1

De nombreux reproches ont été faits à Windows 8 sur son interface. Beaucoup concernaient en priorité la disparition du menu Démarrer et son remplacement par l’écran d’accueil, autrement dit la zone dans laquelle l’utilisateur arrive, avec ses vignettes multicolores et dynamiques, inspirées de Windows Phone. Les problèmes se concentraient sur les différences flagrantes d’ergonomie entre le bureau classique et cet écran, les utilisateurs qui n’ont besoin que du premier devant obligatoirement passer par le second. En outre, ce dernier manquait cruellement d’options de personnalisation.


D'autres critiques concernaient également en outre les applications fournies avec le système. Trop limitées pour la plupart, elles obligent l’utilisateur à les utiliser en plein écran, ou « dockées » à droite ou à gauche. L’impossibilité d’afficher trois ou quatre applications d’un coup faisait ainsi perdre le bénéfice des grands écrans, renforçant l’impression que le système était essentiellement taillé pour les tablettes, et non pour les ordinateurs classiques. Les améliorations du Bureau, notamment dans l’Explorateur, ainsi que les meilleures performances n’ont pas réussi complètement à compenser ces critiques.

De fait, l’arrivée de Windows 8.1 sonne comme une deuxième chance pour Windows 8, dont il est une sérieuse évolution. Tous les aspects du système ou presque sont concernés : écran d’accueil, personnalisation, options de démarrage, applications internes, multitâche, Internet Explorer et ainsi de suite. Nous allons donc passer en revue ces améliorations pour prendre la mesure du travail fourni par Microsoft et ainsi vérifier si les critiques ont été entendues.

Une procédure de mise à jour qui comporte plusieurs défauts

La plupart des utilisateurs auront Windows 8.1 en récupérant gratuitement la mise à jour depuis le Windows Store. Bien que l’on parle de mise à jour, il s’agit plutôt d’une « seconde édition » du système et il faudra télécharger 3,8 Go (Windows 8.1 64 bits) avant de procéder à l’installation, sans possibilité de mettre les fichiers de côté. Vous avez quatre machines à mettre à jour ? Il faudra télécharger l'ensemble quatre fois.

Attention, car Microsoft fait tout pour que l'utilisateur ait un compte en ligne. La firme veut se débarrasser des comptes locaux et met le paquet pour séduire en proposant un maximum de fonctionnalités et de possibilités de synchronisation, mais cette modification risque fort de déplaire à une partie des utilisateurs. De plus, on ne peut que vous conseiller de regarder les paramètres de personnalisation avancés plutôt que de laisser ceux activés par défaut, afin de les régler à votre convenance. Ceux par défaut nous semblent en effet un peu trop « bavards ». Il est toutefois possible d'utiliser un compte local, soit en cherchant tout en bas du formulaire d'inscription pour un nouveau compte (manque évident de visibilité), soit en coupant directement la connexion internet.

Quoi qu'il en soit, au terme de cette procédure, l'utilisateur arrive sur le nouvel écran d’accueil, et il sera à nouveau demandé de passer par le Ballot Screen pour choisir son navigateur.

Un écran d'accueil plus riche : l'art de la conciliation

Le premier contact ne devrait présenter aucune différence, et pour cause : le processus de mise à jour laisse les paramètres en l’état et l’écran d’accueil sera disposé de la même manière. À la différence près que les options de personnalisation sont bien plus nombreuses, à commencer par les vignettes. Ces dernières gagnent deux nouvelles tailles : une plus petite, correspond au cours de la précédente petite, l’autre deux fois plus grande que le précédent rectangle. Quatre formats au total qui permettent de bien agencer son écran.

La taille des vignettes influera évidemment sur la quantité d’informations qu’elles pourront livrer. Dans leur plus petite taille, seule l’icône de l’application pourra être représentée. Les deux tailles intermédiaires sont celles que l’on connaissait déjà, tandis que la plus grande pourra afficher des informations beaucoup plus complètes, afficher un fond ou une image, etc.

Ces nouvelles tailles s’accompagnent de manipulations plus aisées pour affecter un même réglage à un ensemble. Vous pouvez ainsi effectuer un clic droit sur plusieurs vignettes, puis choisir une taille commune. La même manipulation permet en outre de déplacer tout un lot d’icônes, pour créer par exemple un nouveau groupe que l’on pourra ensuite renommer. Notez enfin que les vignettes représentant des applications Win32 classiques (Bureau) disposent maintenant d’un fond associé à leur couleur dominante.

Le fond de l'écran est lui aussi davantage personnalisable. Les papiers-peint fournis par Microsoft sont d’une part plus nombreux, mais surtout l’éditeur laisse enfin l’utilisateur choisir sa propre image. Il est par ailleurs possible de synchroniser le fond de l’écran d’accueil avec celui du Bureau. Depuis ce dernier, utiliser l’écran d’accueil renverra mieux l’impression qu’on fait face à un remplaçant du menu Démarrer. Notez que dans le cas des fonds intégrés à Windows 8.1, deux palettes de couleurs permettent de régler plus finement le rendu.

Enfin, des fonds d’écrans animés ont été ajoutés. Contrairement à ce que Microsoft avait pu implanter au sein de Vista avec les fameux bonus de l’édition Intégrale, il ne s’agit d’une séquence animée tournant en boucle. En fait, le fond est statique, sauf quand l’utilisateur fait défiler l’écran pour révéler d’éventuels groupes de vignettes masqués derrière le bord de l’écran. Le résultat reste donc discret.

L’écran d’accueil est doté d’une deuxième partie, nommée simplement « Applications ». Elle concentre comme sous Windows 8 l’intégralité des programmes installés. Windows 8.1 améliore nettement cette partie, notamment grâce à des options de tris. Il est ainsi possible de classer les applications par fréquence d’utilisation, date d’installation et ainsi de suite. Comme on le verra plus tard, l’utilisateur aura désormais la possibilité de démarrer directement sa session sur cet écran.

Mais comme nous allons le voir, les améliorations sont bien plus nombreuses et vont au-delà du simple écran d'accueil, à commencer par les outils que Microsoft livre par défaut, que nous allons analyser en détails.

45
Software / 2014 : l'année noire pour Mozilla et Firefox ?
« le: mai 17, 2014, 09:07:58 am »
Décidément, l'année 2014 ne semble pas réussir à la fondation Mozilla et cette dernière s'est retrouvée en quelques mois au centre de plusieurs polémiques.

Avec son navigateur Firefox, la fondation Mozilla entendait casser le monopole créé par Microsoft et Internet Explorer tout en promouvant les valeurs du logiciel libre et open source ainsi qu'un Web ouvert et accessible. Au fil des années, Firefox a vu sa part de marché croître régulièrement mais l'année 2014 semble amorcer un nouveau tournant.

 Depuis quelques temps, le cabinet d'analyse StatCounter positionne Chrome devant Firefox et au mois d'avril, cette observation a été confirmée par NetMarketShare qui dispose d'une méthode de calcul différente (avec notamment l'intégration des internautes chinois). Firefox semble donc être sur la pente descendante, non seulement en terme d'usage mais également, sur son image globale.

Une polémique technologique

Cette semaine, Mozilla se trouve à nouveau au coeur de diverses discussions et cette fois la communauté du logiciel libre s'interroge sur les choix technologiques effectués sur le navigateur Firefox. Les développeurs de Mozilla ont en effet annoncé qu'ils adopteraient le standard EME (Encrypted Media Extensions) permettant d'assurer la prise en charge des DRM. Le hic : développé conjointement avec Adobe, ce dernier est conçu avec des technologies propriétaires dont le code n'est pas distribué en open source.

Certes, le mécanisme a été intégré à contre-coeur et pourra être désactivé par l'internaute, mais comme le souligne la Free Software Foundation, Mozilla n'en fait pas moins l'éloge des "valeurs" d'Adobe, une société particulièrement critiquée pour ses pratiques par la communauté du logiciel libre.

 A nouveau, cette position est donc relativement délicate puisque Mozilla publie le code source de son navigateur depuis des années mais se retrouve en partenariat avec l'éditeur de solutions propriétaires Adobe par peur de voir sa base d'utilisateurs chuter de plus en plus face à la concurrence.


 Entre diverses décisions discutables et un navigateur de moins en moins populaire, pour Mozilla cette année semble donc plutôt mal débuter et le conseil de direction peine à faire face à la pression du marché toujours plus concurrentiel. Comment les développeurs de Firefox pourront-ils redorer l'image du navigateur ? La situation actuelle nécessiterait peut-être des évolutions stratégiques plus marquées... au risque de créer de nouvelles polémiques...

Pages: 123456 ... 51